Skip to content

Nous devons bâtir l’Europe de la Personne (comme exemple donné au monde).

21 mars 2009

La société de consommation exacerbe les tendances individualistes. Quelles sont les données anthropologiques du problème ? Au plus profond de l’homme, naissent : la propriété, la domination, la hiérarchie, l’exploitation d’autrui… mais aussi : l’entraide, la solidarité, la compassion… C’est sur cette dialectique ontologique (E. Morin – Anthropolitique) que nous devons refonder un nouveau modèle sociétal. Pas d’angélisme (« l’obstacle le plus grand rencontré par la civilisation est l’agressivité constitutionnelle contre autrui » S. Freud), mais pas non plus de manichéisme, nous devons aborder cela selon le principe de tension-opposition en dépassant cette opposition, et la seule voie possible est de remplacer le quantitatif par le qualitatif. L’hyper consumérisme, et sa course à la croissance, obéit bien à cette logique du quantitatif . Tout ce qui n’est pas de l’ordre de la compétition et de la marchandisation généralisée est sacrifié sur l’autel de l’expansion sans fin.  Exit : l’entraide, les solidarités, les biens communs non monétaires, services gratuits, dons… Heureusement la Personne résiste, et bien que non valorisées par le modèle actuel, ces valeurs là sont à l’œuvre dans la société (tissu associatif, organisations humanitaires, caritatives…) !

Nous devons donc faire comprendre à l’individu consommateur qu’il ne peut qu’être de plus en plus frustré dans son rapport à la consommation : il ne cesse de désirer davantage et on ne cesse de lui présenter des produits qu’il faut absolument posséder (cercle infernal de la souffrance du désir toujours renouvelé )  (D. Méda – Au-delà du PIB).  Cette société là, en plus d’être destructrice du lien humain, est désastreuse pour notre environnement. En nous recentrant sur le qualitatif, et sans nier les contradictions qui nous animent, mais en les assumant, nous pouvons repousser le plus loin possible ces tendances individualistes pour laisser éclore nos tendances humanistes tournées vers l’intérêt général. La publicité en tant que propagande du système productiviste valorisant l’individu consommateur au détriment de la Personne éco citoyenne doit être combattue et retournée en priorité (« La publicité est la dictature invisible de notre société » J.Ellul – Le bluff technologique). Dans cette société hyper médiatisée, l’image de la Personne éco responsable doit devenir la référence suprême, le modèle vers lequel nous voudrons tous tendre, le nouveau parangon !

A suivre…

Publicités

From → Politique

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :