Skip to content

Vers une approche DIALOGIQUE

21 novembre 2009

Vers une approche DIALOGIQUE

Ecologie et économie ne sont pas forcément opposées et contradictoires. Il existe une voie de réconciliation qui  passe par l’économie solidaire

L’économie solidaire est une notion qui propose d’autres manières de vivre l’économie. Que ce soit par leur forme (coopérative, mutuelle, …) ou par leur objet social, ces structures sont dans une logique de développement durable et de citoyenneté économique. Elles ne visent pas le profit mais le développement des individus et de la collectivité. Elles poursuivent la réalisation d’objectifs à utilité sociale, résolument tournés vers les initiatives de développement local, de réinsertion et de lutte contre l’exclusion. Elle véhicule des valeurs de cohésion, de solidarité, de projet collectif.

Soucieuses de l’environnement, du juste prix pratiqué dans les échanges, elles contribuent à remettre l’économie à sa place : au service de l’homme.

L’économie capitaliste ne peut pas résoudre l’exclusion sociale et son productivisme se révèle dévastateur pour la planète. En effet, la pauvreté et la dégradation des ressources naturelles sont, à moyen terme, des causes imparables d’asphyxie de la croissance économique. Il s’agit de prendre en compte en amont les coûts sociaux, écologiques, de réparation, supportés d’habitude en aval par le sous-traitant et le contribuable. De plus nous vivons dans un écosystème fermé où les ressources ne sont pas infinies ! Le principe même, dès le départ, était voué à l’échec (une économie basée sur une croissance sans fin, alimentée par une consommation en perpétuelle augmentation.

Il faut donc trouver autre chose, changer de modèle, remplacer l’individu par la personne et la consommation par le commerce.

La personne est le contraire de l’individu (consommateur égocentré), elle est encrée dans l’humain. C’est une fibre tissée (tissu social), reliée aux autres, soucieuse de l’harmonie des rapports humains et de la préservation de l’environnement (ressources, biodiversité, eau, air). La personne porte en elle des valeurs de solidarité, de respect des différences, ne raisonne pas qu’en termes de marchandise, de compétition interindividuelle, mais valorise les arts, la culture, la connaissance, l’engagement dans les différentes institutions démocratiques au service de l’intérêt général, l’exercice de la liberté de choix …

La personne commerce alors que l’individu consomme. Le commerce oblige les hommes à la sociabilité, aux échanges, au partage de biens. Il permet aux hommes de se rapprocher, d’instaurer plus de démocratie pour bien fonctionner. Il en résulte plus de stabilité, et l’instauration d’une paix durable (modèle de l’Europe). Le commerce est un puissant facteur de civilisation.

L’économie solidaire prône cela : une société avec marché plutôt qu’une société de marché et propose un mode différent de création d’autres richesses, productrices de sens, de liens, et d’équité et  fabrique des personnes

Quand nous serons plus de personnes que d’individus, nous pourrons imposer à l’appareil de production, la fabrication de produits et services ne servant qu’à nous libérer de la nécessité, et respectueux de l’environnement, parce que ce qui comptera ce ne sera pas de paraître mais d’être une Personne Ecocitoyenne.

Publicités

From → Politique

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :