Skip to content

Désarroi, désespérance, désespoir, désolation…

9 octobre 2010

L’état de notre société se résume parfaitement dans le parallèle des 2 articles ci dessous !
Homo Economicus ou Homo Humanitas : il faut choisir, comment arrêter la prolifération prédatrice des premiers ?

S’ il faut j’irai jusqu’à la révolution car c’est inhumain cette situation !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! et pendant se temps la majorité de la classe politique gesticule, empêtrée dans ses microproblèmes de personne se résumant le plus souvent à essayer de sauver sa pitoyable petite place…écœurant ! Où sont les Gandhi, les Hugo, les Zola……….!!!!!!!!!!

Sommes nous à ce point anesthésiés ?

Pour comprendre le fond de ma pensée, Cf :

https://alainsilvestre.wordpress.com/2010/05/25/il-faut-commencer-par-les-paradis-fiscaux/

https://alainsilvestre.wordpress.com/2010/05/21/stop-au-capitalisme-financier-destructeur-de-lien-humain-oui-au-commerce-et-aux-echanges-facteurs-de-paix-et-de-socialisation/

1———————————————–

Marché des changes: 4000 milliards

Selon la dernière enquête réalisée par la Banque des règlements internationaux (BRI), les transactions sur les marchés des changes internationaux s’élèvent à près de 4 000 milliards de dollars par jour. Cela représente près de soixante fois le montant quotidien du commerce international de biens et de services. Et une hausse de 20% par rapport à la dernière enquête de 2007. (1)

Le dollar américain reste la devise la plus échangée, avec 83% des transactions (sur un total de 200% puisque chaque échange implique deux devises). L’euro arrive à la deuxième place (39%), loin devant ses suivants qui sont le yen (19%) et la livre sterling (12,9%).

La place financière de Londres continue à dominer les échanges internationaux de devises avec 37% de parts de marché, loin devant les Etats-Unis (18%), le Japon (6%) et quelques petites places comme Hongkong, Singapour, la Suisse et l’Australie. La France est un acteur marginal (3%).

Seuls 37% des transactions portent sur des échanges directs de devises, tout le reste concernant des produits dérivés sur les taux de change, c’est-à-dire des produits financiers qui permettent soit de se protéger, soit de spéculer sur les variations de change. La forte dimension spéculative de ces marchés se retrouve dans le fait que quasiment la moitié des transactions relève des fonds spéculatifs, fonds de pension, fonds de placement, assureurs, etc. Les échanges de devises entre banques ne représentent que 40% des transactions, tandis que les grandes entreprises et les Etats n’en sont parties prenantes que pour un peu plus de 10%.

(1) « Foreign Exchange and Derivatives Market Activity in April 2010 », www.bis.org

Alternatives Economiques n° 295 – octobre 2010
 

2———————————————–

Toujours près d’un milliard d’affamés

Alternatives Economiques n° 295 – octobre 2010

925 millions de personnes souffrent de la faim en 2010, estime la FAO. Ce nombre est en repli par rapport au pic atteint l’an dernier. Reste que les personnes sous-alimentées sont plus nombreuses aujourd’hui qu’il y a quinze ans.

Alternatives Economiques n° 295 – octobre 2010
Publicités

From → Politique

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :