Skip to content

Il faut abolir l’article 123 du traité de Lisbonne

12 octobre 2011

1 : Les États ont renoncé à garder le contrôle de la création de la monnaie et des flux monétaires, au profit des banquiers et de leurs actionnaires (cf : http://www.scribd.com/doc/66367429/MONNAIE).

Qui crée « l’argent » ? Les instituts d’émission : les banques centrales ont le monopole de l’émissionde monnaie dite fiduciaire (pièces et billets) ». Cependant, si l’on prend l’ensemble de la créationmonétaire, c’est-à-dire M3 (les billets et pièces, plus toute la monnaie scripturale et électronique, lesdépôts à vue, autres dépôts négociables et instruments divers négociables), l’on s’aperçoit que les banques commerciales privées créent 93% de la masse monétaire totale. Elles le font par le biais ducrédit. Et, contrairement à ce que croient la plupart des gens, elles ne prêtent pas ce qu’elles détiennenten dépôt, elles créent de la monnaie ex nihilo, à partir de rien, même si cette création a lieu « sous garanties ». Les crédits précèdent ainsi les dépôts, car c’est avec la monnaie obtenue par crédit quel’on peut faire des opérations, procéder à des versements et que l’on peut déposer.
Selon la loi desEtats et des traités européens, et que l’Etat et tous les acteurs économiques également bienévidemment, doivent leur emprunter (s’endetter auprès d’elles). Quand l’Etat doit construire desroutes, des hôpitaux ou des crèches, il doit emprunter aux acteurs privés, qui créent, eux, la monnaie à partir de rien, et payer un intérêt, au lieu de pouvoir lui-même créer l’argent dont il a besoin sans verser d’intérêt à quiconque.

Cf : vidéo très didactique : http://www.youtube.com/watch?v=ZE8xBzcLYRs

2 : Pour pouvoir vivre et exister, ces mêmes États doivent emprunter (avec intérêts) de l’argent aux banques, creusant ainsi  leur dette : dette qui va enrichir les seuls banquiers et de leurs actionnaires et appauvrir les citoyens travailleurs (ouvriers, ingénieurs, secrétaires, cadres, médecins, agriculteurs, enseignants, chercheurs, avocats…) de ces états.

3 : Si maintenant, une banque risque la faillite, (dernière en date Dexia) c’est aux États de combler les pertes, en injectant des milliards, empruntés à une autre banque …. Lequel argent emprunté va alourdir encore plus la dette et ainsi alimenter les profits des banquiers spéculateurs !!!!!

4 : Pourquoi laisse t’on faire ça : privatiser les profits financiers et nationaliser les pertes ? Sommes nous à ce point aveugles et anesthésiés ? Pourquoi des millions de gens devraient souffrir de faibles et très faibles revenus, pour qu’une poignée d’autres vivent avec des revenus indécents ?

5 : La monnaie doit redevenir un bien public, strictement contrôlée par l’État afin de financer l’ensemble des prestations sociales pour le bien être et la stabilité de l’ensemble de la société. Ce contrôle de l’état sur la finance permettrait également de sécuriser les investissements nécessaires pour aider les artisants, commerçants, exploitations agricoles, TPE et PME, de nos territoires, afin de lutter plus efficacement contre le chomage. De plus, ces investissements pourraient mieux être orientés vers des activités à développement durable et prioritairement orientées à une production et consommation locale, dans le but de créer des emplois non délocalisables, d’assurer une meilleure sécurité alimentaire pour la population du territoire concerné, de diminuer la dépendance énergétique de ces territoires à l’énergie nucléaire et aux énergies fossiles tout en réduisant les émissions de gaz à effet de serre et en préservant les ressources naturelles et l’environnement.

Alors pourquoi laisse t’on les spéculateurs s’engraisser sur le dos et la sueur des travailleurs (ouvriers, ingénieurs, secrétaires, cadres, médecins, agriculteurs, enseignants, chercheurs, avocats…) et des peuples ? Reprenons la main et utilisons l’argent comme un moyen d’améliorer la condition du plus grand nombre et non pas comme une fin au service de quelques uns.

Publicités

From → Politique

One Comment
  1. Ghesquiere permalink

    Bonjour,

    Apprenez en quelques minutes ce qu’est la création monétaire par le crédit, le système des réserves fractionnaires, et l’article 123 du traité de Lisbonne… sans lesquels il est impossible de comprendre l’origine des dettes publiques et privées qui ravagent l’ensemble des pays développés. Vidéo: http://www.youtube.com/watch?v=ZE8xBzcLYRs

    Je vous invite également au Débat : « Crise financière et désordre monétaire international » organisé par l’Association Le Café Economique de Pessac

    Intervenant : Henri BOURGUINAT, professeur honoraire à l’Université Montesquieu Bordeaux 4,
    Débat animé par Michel Cabannes Maitre de Conférence Université Bordeaux 4

    http://cafeeconomique.aliceblogs.fr/
    http://www.viadeo.com/groups/?containerId=0021f390wbx9971z
    ACCES LIBRE, TOUT PUBLIC
    http://www.facebook.com/event.php?eid=276679825695160

    Bonne réception

    Maxime Ghesquiere

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :